Travail réalisable

Introduction et aménagement du travail en fonction du lieu et du temps

Dans cette situation les travailleurs ne sont plus, ou moins liés à des temps et lieu de travail fixes. Le télétravail est un sujet qui fait actuellement l’objet de nombreuses discussions. Depuis un raisonnement « win-win-win », on attend un gain tant pour l’individu (en termes de meilleur équilibre vie professionnelle-vie privée, efficacité, réduction du stress…), pour l’organisation (amélioration de l’image de marque de l’employeur, flexibilité augmentée, réduction des frais de bureau…), ainsi que pour la société (diminution de la pollution, réduction du trafic, plus de possibilités d’emploi dans des régions non urbaines…).

La flexibilité des temps et lieu de travail n’est pas possible pour tout le monde. Pour l’instant, il ressort qu’en Belgique, 77,4 % des travailleurs n’ont jamais effectué un seul jour de télétravail. Ce sont surtout les profils hautement qualifiés, les cadres et les dirigeants qui peuvent plus souvent bénéficier de flexibilité du temps et du lieu de travail. Toutefois, il est plus souvent qu’on le croit aussi possible de bénéficier de la flexibilité des temps et lieu de travail pour d’autres jobs et fonctions. Cela exige une certaine créativité et une bonne dose de courage pour considérer et réaménager la répartition des tâches, la collaboration possible et le paquet individuel des tâches d’un point de vue individuel et/ou collectif.

Janssen Pharmaceutica a introduit une politique en matière de télétravail consistant à dire que toutes les tâches qui ne doivent pas être réalisées physiquement sur le campus peuvent être réalisées à distance. Le télétravail est autorisé 3 jours par semaine. Plus de la moitié du personnel entre en ligne de compte pour faire du télétravail, au moins à temps partiel. Même des laborantins peuvent effectuer certaines tâches à domicile. La surveillance de certains processus a lieu de façon informatisée et en principe, cela peut se faire depuis n’importe quel endroit ; intervenir est aussi possible. C’est même possible via des applications pour appareils mobiles. Le télétravail est réalisé à l’initiative du travailleur, qui fait savoir à son supérieur qu’il souhaite faire certaines tâches décrites à son domicile. C’est donc lui qui décide. De cette façon, on s’écarte du classique « command & control », on se fonde sur des accords et leur suivi.

Les entreprises qui optent pour la flexibilité des temps et lieu de travail devront créer un cadre et un climat de soutien. La flexibilité du temps et du lieu de travail présume des relations de travail mûres. Le style command-and-control des supérieurs doit faire place à un nouveau regard sur le leadership : par exemple celui du leadership partagé, où tout le monde endosse un certain « leadership » dans l’intérêt de l’organisation. Il ressort en effet des recherches de la Fondation Innovation et Travail (Delagrange, 2014) que le changement de style de leadership lors de l’introduction du Nouveau Monde du Travail se passe souvent sans encombre. De nombreuses entreprises et organisations utilisent en effet déjà des instruments qui soutiennent ce nouveau leadership, comme les descriptions de fonction et les entretiens d’évaluation qui veillent à ce que l’accent de l’évaluation et l’évaluation elle-même reposent sur le résultat du travail. De ce fait, la cassure avec l’ancien style de management est moins importante que prévue.

Sources :

  • Bamps, H., Eeckelaert, L., Stuer, D. & Cambré, B. (2015). Flex met Flex. 10 lessen om rekening mee te houden als je tijds- en plaatsonafhankelijk wil werken. Antwerpen: Antwerp Management School. Competence Center Next Generation Work. http://www.antwerpmanagementschool.be/nl/faculty-research/publicaties/flex-met-flex
  • Delagrange, H. (2014). Wat als we Nieuw gaan Werken? Brussel: Serv-Stichting Innovatie en Arbeid.